Poésie entre deux rives, António Caetano

Immigrés économiques ou exilés politiques, les poètes portugais de France expriment, qu’ils soient populaires ou érudits, les sentiments et les messages propres de tous ceux qui vivent entre deux rives, entre deux mémoires. Leur voix poétique est l’écho des drames et des espérances de milliers d’hommes et de femmes partis à la recherche d’un avenir meilleur. Publiée initialement dans d’éphémères bulletins ou journaux associatifs, puis diffusée à travers les radios libres ou les radios locales, grâce au dur travail de quelques francs-tireurs agissant hors des circuits politiques et intellectuels reconnus, l’expression poétique portugaise en France tente de gagner une nouvelle “visibilité”. Dans la présente rubrique, tous les 15 jours environ, nous présenterons un de ces poètes, à travers une brève notice biographique et quelques poèmes. António Caetano (né en 1933, à Baleizão), a passé quelque temps dans les prisons de la PIDE pour avoir pris part aux mouvements paysans de 1954, en Alentejo. C’est en prison qu’il a écrit quelques uns de ses poèmes, dans le plus pur style de la poésie populaire orale. Après un emploi dans les chantiers navals de Lisbonne, il quitte le Portugal et arrive en France en 1967, où il travaillera comme maçon et aura en même temps une intense acticité de militant associatif au sein de l’AOP. Nous découvrons ses poèmes à travers l’émission “Quimera da Noite” (Radio Alfa) et dans la revue “Latitudes” (n°5, avril 1999). Mas que grande alvorada que em Portugal se deu a ditadura morreu matando-a a força armada mas que linda madrugada que até aos cegos deu vista tinha que ser artista quem este golpe formou e sem haver sangue acabou com a ditadura fascista. (extraits de “A ditadura morreu”, in “Latitudes”, n°5, avril 1999)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*