« Enquête au Portugal », de José Alvès

« Enquête au Portugal », de José Alvès

« Enquête au Portugal », de José Alvès (Edilivre, 2015) commence par une réunion de travail à la Préfecture de police de Paris, au cours de laquelle le commissaire Albano et ses collègues se penchent sur une affaire peu banale et complexe du fait de ses implications politiques : à la suite d’un simple contrôle technique, en juillet 1972, on a retrouvé le corps du père Aníbal, originaire de Castro Laboreiro, coulé dans un gros pilier d’un immeuble en construction dans le 15è arrondissement de Paris. Cet assassinat est un choc pour le commissaire Albano, qui connaissait la victime, étant lui-même né à Castro Laboreiro, petit bourg du nord du Portugal qu’il a quitté avec ses parents à l’âge de sept ans, pour venir s’installer en France. Ainsi, dans le cadre d’Interpol, l’enquête va le conduire au pays de ses origines, où il devra tenir compte des soubresauts d’une dictature agonisante. Par ailleurs, fait atypique, à chaque fois que la situation exige une concentration extrême, le commissaire Albano, sans aucun signe annonciateur, tombe en catalepsie. En reprenant ses esprits il acquiert alors une énergie et une lucidité étonnantes.

« Enquête au Portugal » est une intrigue fort bien élaborée, aux rebondissements multiples, écrite dans un style soigné et agréable, dont une poésie se dégage parfois, accompagnée d’un humour fin. Outre la beauté descriptive des paysages et la richesse documentaire (histoire, vie rurale, la PIDE, l’Église, l’émigration, etc.) on appréciera notamment les portraits physiques et psychologiques des personnages, dont celui de la figure centrale, le commissaire Albano, policier bienveillant et profondément humain.

José Alvès est né en 1941, au nord du Portugal. En 1948, toute sa famille émigre dans le Cotentin. Il fréquente alors l’école communale et joue avec ses camarades dans les ruines de la ville de Coutances où peu de bâtiments étaient encore debout. Après avoir été professeur de français dans l’enseignement secondaire, puis  de portugais à l’université de Poitiers, José Alvès a été aussi Conseiller culturel à l’ambassade de France au Mozambique.

Dominique Stoenesco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*