Ni héros ni escrocs : les passeurs portugais (1957-1974)

L’image stigmatisée du passeur escroc que brandissaient les autorités salazaristes comme un épouvantail rejoint parfois celle qu’en donnent certains gouvernants aujourd’hui. Boucs émissaires bien pratiques, ces passeurs n’étaient en réalité ni des héros désireux de libérer les Portugais de la dictature, ni des escrocs sans scrupules. Ils représentaient une sorte de passage obligé pour ceux qui voulaient aller chercher ailleurs une vie meilleure.

Lire l’article sur http://www.gisti.org/spip.php?article1922

Source : Article extrait du Plein droit n° 84, mars 2010 « Passeurs d’étrangers »

No related content found.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*