L’événement qui sera organisé à Grenoble du 17 au 20 septembre, à l’occasion du 50ème anniversaire de l’ODTI, (Observatoire sur les Discriminations et les Territoires Interculturels) association dans laquelle un groupe de portugais, déserteurs de la guerre coloniale ont participé très activement.

Le 18 septembre, une conférence sera organisée autour de la question de la désertion avec des chercheurs portugais, Sónia Ferreira et Miguel Cardina et des chercheurs français, spécialistes de la guerre d’Algérie et du Vietnam.
Du 17 au 20, il y aura une exposition dans laquelle sera inclue une partie du matériel de l’exposition de Mémoire Vive « Refuser la Guerre Coloniale », qui a été présentée en 2019 à la Maison du Portugal Cité Universitaire -Paris. Il y aura également, des archives de personnes et/ou associations de Grenoble ainsi que du matériel de l’Association AEP61/74 que Fernando Cardoso apportera de Lisbonne.

LE 18 SEPTEMBRE 2020 (ODTI Grenoble Salle à préciser)La présence assurée de :

  • Claude JACQUIER et Manuel BRANCO
  • Tramor QUEMENEUR- historien françaisMiguel CARDINA- historien portugais
    Sónia FERREIRA- anthropologue portugaise
    Francis FEELEY- parlera de l’insoumission à la guerre du Vietnam
    Marc OLLIVIER – parlera de l’insoumission à la guerre d’Algérie
    Fernando CARDOSO- parlera de l’insoumission à la guerre coloniale Portugaise

[1] L’ODTI (Observatoire des Discriminations et des Territoires Interculturels) a été créé à Grenoble en 1970 avec le soutien de la municipalité, par des associations, des syndicats et des mutuelles, pour la défense de populations qui ne disposaient pas de droits sociaux et politiques, en particulier celles provenant des anciens empires coloniaux français et portugais. Selon son Directeur Claude Jacquier, son 50ème anniversaire ne sera pas une commémoration, mais le point de départ de « cinquante nouvelles années de construction d’un monde plus soutenable ».

[2] Associaçao de Exilados Politicos Portugueses (AEP61-74) rassemble anciens déserteurs, insoumis et exilés politiques portugais en Europe. Organisation sans buts lucratifs, ouverte a des initiatives, aux défenseurs et activistes de ces principes. Son but consiste à publier les livres de la série « Exils », témoins d’exilés et déserteurs portugais, à recueillir et divulguer des mémoires de l’exil des années 50/70 du 20ème siècle, à créer, produire et soutenir des communications multimédia sur la même période, à appuyer et développer des initiatives pour la paix, pour les droits humains, et contre la guerre. En partenariat avec ECOS (Exilios, Contrariar O Silencio).

[3] La 4ACG (Association des Anciens Appelés en Algérie et de leurs Amis contre la guerre) rassemble d’anciens appelés qui ont participé à la guerre d’Algérie et qui lui reversent leur pension militaire pour la faire servir à la paix et à la fraternité, en soutenant des organisations en Algérie, Palestine et Maroc. Elle regroupe aussi des déserteurs, des insoumis et des réfractaires emprisonnés ou exilés pour leur refus de participer à cette guerre. Elle a réalisé un livre de témoignages, et un film qui est utilisé dans ses interventions scolaires ou dans des projections publiques, et elle participe au programme de l’ONAC (Office National des Anciens Combattants) dans les lycées et collèges. La 4ACG organise aussi des voyages pour ses adhérents à la rencontre des Algériens et d’anciens combattants du FLN, ainsi que des voyages de jeunes.