50ème anniversaire de l’ODTI à Grenoble (annulé)

L’événement qui sera organisé à Grenoble du 17 au 20 septembre, à l’occasion du 50ème anniversaire de l’ODTI, (Observatoire sur les Discriminations et les Territoires Interculturels) association dans laquelle un groupe de portugais, déserteurs de la guerre coloniale ont participé très activement.

Le 18 septembre, une conférence sera organisée autour de la question de la désertion avec des chercheurs portugais, Sónia Ferreira et Miguel Cardina et des chercheurs français, spécialistes de la guerre d’Algérie et du Vietnam.
Du 17 au 20, il y aura une exposition dans laquelle sera inclue une partie du matériel de l’exposition de Mémoire Vive « Refuser la Guerre Coloniale », qui a été présentée en 2019 à la Maison du Portugal Cité Universitaire -Paris. Il y aura également, des archives de personnes et/ou associations de Grenoble ainsi que du matériel de l’Association AEP61/74 que Fernando Cardoso apportera de Lisbonne.

LE 18 SEPTEMBRE 2020 (ODTI Grenoble Salle à préciser)

La présence assurée de :

  • Claude JACQUIER et Manuel BRANCO
  • Tramor QUEMENEUR- historien français
  • Miguel CARDINA- historien portugais
  • Sónia FERREIRA- anthropologue portugaise
  • Francis FEELEY- parlera de l’insoumission à la guerre du Vietnam
  • Marc OLLIVIER – parlera de l’insoumission à la guerre d’Algérie
  • Fernando CARDOSO- parlera de l’insoumission à la guerre coloniale Portugaise

L’ODTI (Observatoire des Discriminations et des Territoires Interculturels) a été créé à Grenoble en 1970 avec le soutien de la municipalité, par des associations, des syndicats et des mutuelles, pour la défense de populations qui ne disposaient pas de droits sociaux et politiques, en particulier celles provenant des anciens empires coloniaux français et portugais. Selon son Directeur Claude Jacquier, son 50ème anniversaire ne sera pas une commémoration, mais le point de départ de « cinquante nouvelles années de construction d’un monde plus soutenable ».

Associaçao de Exilados Politicos Portugueses (AEP61-74) rassemble anciens déserteurs, insoumis et exilés politiques portugais en Europe. Organisation sans buts lucratifs, ouverte a des initiatives, aux défenseurs et activistes de ces principes. Son but consiste à publier les livres de la série « Exils », témoins d’exilés et déserteurs portugais, à recueillir et divulguer des mémoires de l’exil des années 50/70 du 20ème siècle, à créer, produire et soutenir des communications multimédia sur la même période, à appuyer et développer des initiatives pour la paix, pour les droits humains, et contre la guerre. En partenariat avec ECOS (Exilios, Contrariar O Silencio).

La 4ACG (Association des Anciens Appelés en Algérie et de leurs Amis contre la guerre) rassemble d’anciens appelés qui ont participé à la guerre d’Algérie et qui lui reversent leur pension militaire pour la faire servir à la paix et à la fraternité, en soutenant des organisations en Algérie, Palestine et Maroc. Elle regroupe aussi des déserteurs, des insoumis et des réfractaires emprisonnés ou exilés pour leur refus de participer à cette guerre. Elle a réalisé un livre de témoignages, et un film qui est utilisé dans ses interventions scolaires ou dans des projections publiques, et elle participe au programme de l’ONAC (Office National des Anciens Combattants) dans les lycées et collèges. La 4ACG organise aussi des voyages pour ses adhérents à la rencontre des Algériens et d’anciens combattants du FLN, ainsi que des voyages de jeunes.

Samedi 31 octobre : Au rythme du fado – Projection d’un documentaire et concert de fado dans le cadre du festival des Villes du Monde (Aubervilliers)

11h / Projection : SOUVENIRS D’UN FUTUR RADIEUX
Réal. José Vieira, 2014, 1h30, Documentaire
L’histoire croisée de deux bidonvilles qui se sont construits, à 40 ans d’intervalle, sur un même territoire, hors la ville. À Massy, dans la banlieue de Paris, nous habitions un taudis par temps de croissance et d’avenir radieux. C’était les années 60. Ils vivent dans un bidonville dans un climat de crise et d’exclusion. Nous sommes au début des années 2000. Ils viennent de Roumanie, nous venions du Portugal.
Projection suivie d’un échange avec le réalisateur.

13h30 / Repas portugais

15h / Concert : TÂNIA RAQUEL CAETANO
Parisienne, native de Lisbonne, Tânia Raquel Caetano découvre la musique à l’âge de 3/4 ans au sein du bar associatif que ses parents tenaient au Portugal, portée par les clients qui la poussent à chanter. En 2015, elle ponctue régulièrement ses concerts par quelques
fados a capella, et lors d’une de ses représentations dans un bistro parisien, on l’invite pour des soirées de « Fado vadio » à Paris. Elle découvre alors le Fado dans son entièreté. Depuis lors, elle décide de s’y consacrer.

FORMULE FILM + REPAS (entrée / plat / dessert) + CONCERT : 20 euros.
FORMULE FILM + REPAS (entrée / plat ou plat / dessert) + CONCERT : 18 euros.
FORMULE FILM + REPAS (plat seul) + CONCERT : 16 euros.

Une proposition organisée en partenariat avec l’association Mémoire Vive/Memória Viva et le restaurant de La Commune.

SUR RÉSERVATION au 09 61 21 68 25 ou lestudio.billetterie@gmail.com
(jauge limitée par le protocole COVID)

Tout le programme du Cinéma se trouve sur https://lestudio-aubervilliers.fr/programme-pdf/

 

 

Du 9 octobre au 9 novembre 2020, 23e édition du Festival Villes des Musiques du Monde : concerts, spectacles jeune public, débats, ateliers, ciné-concerts…

Douce France : 23e édition

C’est à la découverte d’une Douce France que le festival vous convie pour une 23e édition en Seine-Saint-Denis, Paris et Grand Paris, de scènes en lieux inédits, éphémères ou places détournées. Une mise en lumière des nouvelles musiques populaires, enracinées dans le local, ouvertes sur le monde, vivantes, innovantes, rassembleuses. Une nouvelle génération d’artistes qui mixent esthétiques, styles, répertoires et créent les musiques d’aujourd’hui.
Avec La Caravane Passe, Mouss & Hakim, HK, Fanny Polly, Lindigo, Temenik Electric, L’Orchestre National de Barbès, Tamerentong, Arat Kilo

http://www.villesdesmusiquesdumonde.com/actualites/douce-france-23e-edition-273

Appel pour une collecte de témoignages sur le racisme anti-portugais en France

Nous avons souvent discuté entre nous du racisme, de la discrimination et de la xénophobie dont les immigrés portugais et leurs enfants ont été et sont victimes en France. À mémoire vive/memória viva nous l’avons combattu par notre travail sur la mémoire de l’immigration portugaise, en documentant les conditions d’accueil, de travail et de vie difficile de cette population en France. Alors que ce racisme nous semble perdurer dans la société française, stigmatisant notamment les jeunes d’origines portugaises, parfois instal